Version 5.0

http://vestiges.1914.1918.free.fr/index_fichiers/image002.gif

VESTIGES 1914 1918

http://vestiges.1914.1918.free.fr/index_fichiers/image004.gif

 

 

 

VERDUN

 

       Quand Joffre décide, fin 1915, de lancer avec les Britanniques une grande offensive dans la Somme, il ne sait pas que le général allemand Falkenhayn va les devancer.

 

       Celui-ci cherche un objectif symbolique pour « saigner à blanc » l’armée française et déstabiliser la nation, ce sera Verdun.

 

       La ville fortifiée est entourée d’un vaste réseau défensif de forts Séré de Rivière se couvrant les uns les autres.

 

      Depuis septembre 1914, les Allemands sont enterrés à l’est, au nord et à l’ouest de la citadelle. Leurs positions menaçant la ville, Falkenhayn calcule que les Français perdront beaucoup d’hommes pour garder leur place forte. Pourtant, l’état-major français croit peu à une attaque à cet endroit et désarme même certains forts. Mais, déjà en 1915, le général Chrétien, le lieutenant-colonel Driant, avaient alerté le gouvernement sur le délabrement des positions françaises. Quand Castelnau donne l’ordre de renforcer les ouvrages défensifs, il est trop tard.

 

         Après avoir acheminé pendant des semaines, des trains chargés de matériel, l’offensive allemande, menée par le Kronprinz impérial en personne, est prête à se déclencher sur la rive droite de la Meuse.

 

        Le 21 février 1916, à 7h15,les milliers d’obus du « trommelfeuer » s’abattent sur un front de 10 kilomètres, tenu par les positions françaises au nord de la ville. Ce bombardement titanesque(un obus toutes les trois secondes) va durer dix heures. A 16h, les troupes allemandes munies de lance-flammes, avancent. Mais les Français qu’on croyait anéantis par le bombardement, se relèvent et se battent.

 

Au Bois des Caures, Driant et ses chasseurs résistent jusqu’au 22 au soir, le lieutenant-colonel y est tué. Les Allemands prennent l’Herlebois, les Bois de Wavrille, Fosses, Caurières, les villages d’Ornes et Haumont, et arrivent le 25 devant Douaumont. Les Brandebourgeois prennent le fort désarmé sans tirer un seul coup de feu. Les tentatives françaises menées dès le lendemain pour le reprendre échouent.

 

         Joffre demande à Pétain de redresser la situation. Il crée une ligne de résistance à l’est de la Meuse,  fait réarmer les forts, fait venir les as de la chasse aérienne, renforce les positions de la rive gauche, procède à la relève des unités combattantes, et aménage la (Voie sacrée »-route Bar le Duc- Verdun) pour acheminer chaque semaine, 90 000 hommes et 40 000 tonnes de matériel.

 

        Fin février, l’assaut est stabilisé sur la rive droite de la Meuse mais le village de Douaumont est pris. En mars, Falkenhayn lance de nouvelles divisions sur la rive gauche.   Les Allemands s’accrochent sur les pentes du Mort-Homme pilonnées par les batteries françaises de la cote 304.Les troupe du Kronprinz ne peuvent s’emparer des sommets. On se bat de part et d’autre de la Meuse avec une violence inouïe( Bois d’Avocourt, des Corbeaux, Cumières, de la Caillette). Pour les soldats des deux camps, la bataille est « l’enfer de Verdun ».

 

         Le 9 avril, une autre offensive allemande sur les deux rives de la Meuse est une nouvelle fois contenue. Les pertes allemandes sont considérables elles aussi. Le Kronprinz veut dégager son armée épuisée, mais Falkenhayn tout comme Joffre ne renonce pas. La bataille se poursuit.

 

           Pétain demande des hommes et du matériel supplémentaire, ce qui agace Joffre qui le remplace par Nivelle.

 

          En mai, les combats reprennent entre Douaumont et Vaux. Une première tentative menée par Mangin pour reprendre Douaumont échoue, 2000 hommes sont faits prisonniers, tandis que 10 000 sont déjà morts pour garder la cote 304.

 

          Le 1er juin, l’artillerie allemande pilonne le Fort de Vaux, le commandant Raynal et ses hommes sont isolés et subissent les grenades, les gaz asphyxiants, le manque de vivres et d’eau dans la chaleur torride. Le 7 juin au matin, la garnison se rend.

 

          Le 20 juin Falkenhayn donne un assaut qu’il veut final, en attaquant le dernier rempart devant Verdun, la crête Douaumont-Thiaumont-Froideterre. Les Allemands attaquent sous un enfer de feu mais sont repoussés.

 

          L’offensive du 1er juillet 1916 dans la Somme oblige Falkenhayn à enlever des troupes et de l’artillerie. Après une ultime attaque le 11 juillet, les troupes du Kaiser se brisent sur le fort de Souville défendu par une poignée de Français.

 

        En août 1916, Mangin  et ses troupes coloniales reprennent la crête de Fleury à Thiaumont et fait 1000 prisonniers. Falkenhayn est remplacé par Hindenburg et Ludendorff qui décident d’arrêter l’offensive.

 

         Le 25 août, Mangin reprend Douaumont, le 3 novembre, c’est au tour du Fort de Vaux, et progressivement les autres positions seront récupérées. Le Mort-Homme est reconquis en août 1917 et la ville de Verdun est définitivement dégagée par l’offensive américaine de 1918.

 

        Cette bataille aura coûté en 10 mois, 700 000 victimes françaises et allemandes, dont

320 000 morts sur un front de dix kilomètres.          

 

Avec la participation de Messieurs Cyril CARRY et Jean-Luc KALUZKO

Cliquez sur les photos pour les agrandir

 

 

Verdun_94_v

Verdun_100_v

Verdun_101_v

Verdun_92_v

 

Verdun_93_v

Verdun_95_v

Verdun_96_v

Verdun_97_v

Verdun_102_v

Verdun_103_v

 

Verdun_104_v

Verdun_107_v

Verdun_106_v

Verdun_105_v

 

 

 

 

Bois des Caures

webmaster_316

Secteur de Souville

webmaster_316

Secteur de Vaux

webmaster_316

Secteur de Douaumont

webmaster_316

Secteur de Froideterre 

webmaster_316

Secteur de Tavannes

webmaster_316

Foret d’Hermeville

webmaster_316

Foret de l’Herbebois

webmaster_316

Foret de Spincourt

webmaster_316

Bois le Tillat

webmaster_316

Les villages détruits

webmaster_316