Version 5.0

http://vestiges.1914.1918.free.fr/index_fichiers/image002.gif

VESTIGES 1914 1918

http://vestiges.1914.1918.free.fr/index_fichiers/image004.gif

 

 

1ère BATAILLE DE LA MARNE

 

 

6 au 9 SEPTEMBRE 1914

 

               Le 27 août 1914, Moltke fixe les axes de progression de ses troupes victorieuses. Kluck(I ère armée) se dirige à l’ouest de l’Oise, Bülow(II ème armée) pousse sur Paris entre Fère et Laon, les trois autres armées en direction de Château-Thierry, Epernay, Vitry.

              Le 30 août, Joffre ordonne aux troupes françaises un repli général vers la Seine.

               Le 1er septembre, les reconnaissances aériennes françaises indiquent que les colonnes ennemies infléchissent leur progression vers le sud-est après avoir franchi l’Oise à Compiègne.

               Le 4 septembre, les cavaliers français constatent que la route Senlis-Paris est vide, tandis que celles vers Crépy en Valois et Nanteuil le Haudoin sont encombrées de troupes. Kluck a donc abandonné la route de Paris vers l’ouest et se dirige vers l’est à la poursuite de l’armée Lanrezac que Moltke a cru en déroute. Kluck se dirige donc vers l’Ourcq et la Marne pour couper la retraite de Lanrezac et présente ainsi le flanc à la VI ème armée de Maunoury.

                La bataille qui se déclenche le 6 septembre, se déroule dans les vallées de la Marne, Ourcq, Grand et Petit Morin, Saulx et Ornain le long d’un front de 250 kilomètres.

               A l’ouest, l’action est conduite par Maunoury, French et Franchet d’Esperey contre les I ère et II ème armées allemandes ; à l’est, Sarrail passe à l’offensive contre le flanc gauche de l’armée allemande ; au centre, Foch et De Langle de Carry résistent à la IIIème armée allemande sur un front de 100 kilomètres.

             En Lorraine, le Prince Ruprecht de Bavière se brise sur les armées de Castelnau et Dubail.

           Le 5 septembre, Kluck progresse vers le Grand Morin mais Molke lui ordonne de repasser au nord de la Marne car Maunoury a lancé une attaque contre son 4ème corps de réserve, l’aile droite du dispositif allemand risque d’être  prise dans une nasse.

           Le 6 septembre, Kluck rappelle sur l’Ourcq les 2ème et 4ème corps qui faisaient face aux anglais de French. Le 7, il ordonne aux 3ème et 9ème corps isolés au sud de la marne de rejoindre la I ère armée sur l’Ourcq.

           Pendant ce temps, Galliéni renforce la I ère armée de Maunoury avec toutes les troupes disponibles acheminées en « taxis ».

           Kluck creuse une brèche de 30 kilomètres entre son armée et la II ème de Bülow, en retirant du sud ses deux derniers corps d’armée. French et Franchet d’Esperey s’y engouffrent et bordent le petit Morin entre Montmirail et La Ferté-sous-Jouarre. Bülow résistent aux attaques de la IX ème armée de Foch ; les Français défendent avec acharnement les crêtes du Mont-Aout et de Mondement  qui ouvrent sur les marais de Saint-Gond.

              Le 9 septembre, Franchet d’Esperey franchit la Marne à Château-Thierry,  suivi par les Anglais.

               Pour les Allemands, le tableau est sombre :

-         La V ème armée du Kronprinz est stoppée à Verdun

-         La VI ème de Ruprecht est arrêtée à Nancy et Epinal

-         La II ème de Bülow doit se replier derrière la Marne

-         Pour les Français, ces combats sont une victoire, l’élan allemand est interrompu mais l’armée allemande n’est pas détruite. La guerre des tranchées peut commencer

 

 

 

MONDEMENT

 

Marne_12_v

Marne_01_v

Marne_03_v

Marne_05_v

Marne_06_v

Marne_11_v

Marne_13_v

Marne_14_v

Marne_17_v

Marne_02_v

 

 

Marne_04_v

Marne_07_v

Marne_08_v

Marne_09_v

Marne_10_v

Marne_18_v

Marne_15_v

Marne_16_v

 

Marne_19_v

Marne_20_v

Marne_21_v

 

 

 

VILLEROY

 

Marne_037_v

Marne_034_v

Marne_035_v

Marne_036_v